Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Extrait de l'article du Républicain Lorrain du 6 décembre 2011

 

Projet de VR52 : Sarkozy promet un dénouement

 

Nicolas Sarkozy qui, dans un courrier adressé le 22 novembre au sénateur-maire de Woippy François Grosdidier, assure que l’objectif des services de l’État, concernant le projet d’aménagement de la VR 52 entre Rombas et l’autoroute A4, « est de créer les conditions permettant d’engager les travaux dès le début de l’année 2013».

En tout cas, pour le président de l’Association de défense des riverains de la VR 52 et du Collectif d’élus pour la réalisation rapide de la VR 52, une chose est sûre, au vu des dernières informations qu’il détient, son optimisme bat de l’aile : « Aujourd’hui, l’État a confirmé sa participation dans le plan de financement, mais on n’y retrouve pas le conseil régional et le conseil général. On a aucune délibération à leur niveau qui laisse à penser que les travaux vont débuter dans l’année à venir. Pour moi, le grand risque, c’est que si la VR 52 n’apparaît pas dans les budgets 2012, il est fort probable qu’elle ne se fasse pas. »

Comme toujours, c’est sur les questions d’argent que les trois partenaires du projet (État, conseil régional et conseil général) semblent achopper. La répartition devant se faire par tiers, les collectivités territoriales s’interrogent, aujourd’hui, sur le montant qu’il leur incombera de débourser, le coût final restant approximatif.

Afin d’y voir plus clair, le préfet de région doit organiser un tour de table avec le conseil régional et le conseil général avant la fin de l’année, indiquait-on hier soir en préfecture.

La Région «pas à n’importe quel prix»

Objectif de cette réunion : « Finaliser les accords et établir la part de financement de chacun des partenaires sur les projets du Programme de développement et de modernisation des itinéraires (PDMI). L’objectif reste la signature d’un accord financier début 2012 avec nos partenaires pour permettre le lancement des travaux en 2013 sur le terrain. »

Un tête-à-tête qu’attend Patrick Abate, vice-président du conseil régional en charge des équipements structurants, pour livrer la position de Jean-Pierre Masseret, son président : « J’ai reçu le mandat de faire avancer ce dossier dans les meilleurs délais. Mais pas à n’importe quel prix. Nous contestons l’attitude de l’État qui voudrait nous faire signer un chèque en blanc sur le PDMI. Les projets de convention sur trois programmes du PDMI (VR 52, RN4 près de Sarrebourg et RN135 en Meuse) que nous a soumis la préfecture sont, pour l’instant, trop lacunaires. Nous voulons des garanties sur la maîtrise des coûts. »

Le Département prudent

Le président du conseil général est à peu près sur le même tempo.

Hier, en fin d’après-midi, Patrick Weiten a rappelé que le Département avait deux opérations routières prioritaires dans ses tiroirs : la VR 52 et la sécurisation de l’accidentogène RN 4, sur six kilomètres entre Saint-Georges et Héming.

Des travaux lourds d’un côté comme de l’autre dans lesquels Patrick Weiten se refuse, lui aussi, à s’engager les yeux fermés : « Il faut mettre à plat les plans de financement et déterminer précisément le montant de la participation de chacun. L’entrevue avec le préfet et le conseil régional permettra de fixer les choses. Mais quoi qu’il en soit, il n’est pas question de privilégier un projet au détriment de l’autre. Ce sont deux chantiers prioritaires pour moi. »

 

 

Message de Patrick ABATE concernant la VR52 :

L'engagement de la Région Lorraine en faveur de l'achèvement de la VR52

Que les choses soient claires, la Région Lorraine assumera ses responsabilités et tiendra son engagement de financement du projet VR52 entre l’A4 et Rombas.

Pour le Conseil Régional de Lorraine, ce projet est prioritaire. Il est d’une importance particulière pour le développement régional et l’amélioration de la circulation et de la sécurité routière, en même temps qu’il soulagera sensiblement le trafic sur l’A31.

Il est cependant nécessaire de rappeler que ce projet de route relève de la responsabilité de l’Etat et que les opérations portant sur le réseau routier national demeurent sous sa maîtrise d’ouvrage Etat.

Ceci étant, la Région s’était engagée dès 1999 dans le cadre du CPER (Contrat de Plan Etat Région) 2000-2006 sur une participation à hauteur de 33%. A ce moment-là, le projet était évalué à 40 millions d’€. En 2006, il a été actualisé à hauteur de 60 millions d’€. La Région a alors confirmé sa participation. A ce jour, alors que l’Etat n’a rien engagé, on n’a aucune idée du montant actuel de la facture.

Nous demandons donc  à l’Etat de nous indiquer clairement le montant précis du financement attendu réévalué aux conditions économiques du moment ainsi que les garanties qu’il prendra quant à la mise en œuvre de cette nouvelle infrastructure dans les meilleurs délais. C’est bien le moins que l’Etat puisse faire alors qu’il impose de plus en plus de charges aux collectivités, qu’il fait peser sur elles le poids de sa dette, qu’il ne compense pas  financièrement le transfert de ses compétences et interdit toute marge de manœuvre sur la fiscalité locale.

Ceci étant, la Région Lorraine se réjouit de l’annonce de l’organisation par le Préfet d’une rencontre prochaine sur le sujet. Ce projet de VR 52 n’a que trop traîné alourdissant année après année la charge financière du fait des tergiversations administratives, techniques et financières du maître d’ouvrage.

Dans un contexte de préparation budgétaire de plus en plus tendue, la Région Lorraine assumera ses responsabilités. Mais si l’Etat n’est pas rapidement en mesure de préciser à la Région Lorraine les éléments attendus, la participation de la collectivité régionale pourrait alors être retenue forfaitairement sur la base des premières sollicitations. Ce serait à l’Etat de boucler le financement du projet. Et ce sera aux citoyens lorrains que l’Etat devra alors rendre des comptes, eux qui n’ont que trop patienté.

Tag(s) : #Mon engagement régional

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :