Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

11 Novembre 1918.

Clairière de RETHONDES, en forêt de Compiègne.

Les nuages pleuvent les morts, il pleut.

Deux trains stationnent sur deux voies ferrées différentes. Le monde, divisé jusque-là, va être relié par un simple caillebotis.

5 heures 10 minutes, les conditions de l’Armistice sont signées.

La Grande Guerre est finie.

Quelques signatures ressuscitent le monde.

Car, si les usines étaient restées debout, si les hauts-fourneaux grattaient toujours le ciel avec arrogance, les Hommes vivaient, eux, couchés dans la boue.

Un million cinq cent mille tous jeunes français morts sur les champs de bataille engloutis sous les bombes, déchiquetés par les balles, déchirés par les barbelés, fusillés pour l’exemple quand ils ont simplement eu peur ou quand, comme l’a magnifiquement écrit Anatole France, ils ont cessés de croire un instant seulement qu’ils allaient mourir pour la Patrie mais qu’ils mourraient plutôt pour l’industrie qui produisait sans compter des centaines de millions d’obus, de pièces d’artillerie et les premiers gaz de combat.

Il y a cent ans, dans les tranchées de 14-18, toutes les frontières de l’horreur furent enfoncées et l’humanité assistait malgré elle à la banalisation de la guerre totale et de la mort de masse.

Et retentissent encore et toujours les plaintes et les pleurs qui nous viennent en écho de ces dix-huit millions de morts et de ces huit millions de mutilés de toutes nationalités.

Ce ne fut pas « La Der des Der » comme on l’espérait. La victoire accoucha du Traité de Versailles qui ne prémunira en rien le monde contre lui-même mais inaugurera au contraire un siècle plus tragique que jamais avec la Seconde Guerre Mondiale.

Ce 11 Novembre du Centenaire, la France se recueille, la France se rassemble.

Elle a rendez-vous avec son Histoire. Devoir de mémoire, plus encore, devoir de savoir. Elle a rendez-vous avec les morts de toutes les guerres et de toutes les résistances, qui ont de leurs sacrifices assurées son destin de grande nation indépendante et libre. Terre des Droits de l’Homme et d’expériences historiques les plus riches, la Révolution, la Commune de Paris, la Libération. De ces luttes passées pour sauver le pays ou donner vie au bonheur commun. 

Ces luttes qui colorent nos drapeaux, le rouge du sang, le bleu de l’espoir.

Le 11 Novembre, la Nation a rendez-vous avec elle-même dans la volonté d’unité et de progrès qui surgit des profondeurs de son histoire.

A nous de toujours trouver et l’espoir et la volonté et les actes pour assurer un sort meilleur à notre pays et pour garantir un monde de liberté, d’égalité et de fraternité. Vive la France. Vive le Paix

Cérémonie du 11 novembre 2014 - Discours
Tag(s) : #Actualités, #Talange Cérémonie, #A Talange

Partager cet article

Repost 0