Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Faut-il craindre une envolée de la spéculation sur ce qu’on appelle la dette souveraine de la France ?

 

Faut-il craindre que ces titres détenus par le marchés financiers -qui coûtent la bagatelle de 42 Milliards d’Euros par ans au Budget de l’Etat rien qu’en paiement des intérêts- soient victimes de l’attaque des marchés qui miseraient sur une perspective de faillite de la France ?

   

A en croire nos habituels «  experts »…sûr que non, il n’en est rien… !

Jean-Luc Mélenchon (Front de Gauche) qui, le premier, a condamné ce « contrat à terme sur les obligations d’Etat françaises », suivi en cela par Europe Ecologie Les Verts, agiterait sans raison un épouvantail tout à fait inoffensif.

Alors, que disent nos «  experts » pour nous rassurer ?

   

Je n’en citerai que 2, mais non des moindres :  le Directeur de la Banque de France, M. Noyer et le Président de l’ Autorité des Marchés Financiers (AMF, le gendarme de la Bourse), M. Jouyet, par ailleurs ex-secrétaire d’Etat aux affaires européennes et proche de François Hollande.

   

Le Directeur de la Banque de France, M. Noyer :

Le « Figaro-Flash Eco » du 13 Avril rapporte que M. Noyer exclut des mouvements spéculatifs sur la dette de la France en lien avec le lancement de ce contrat. Il rappelle que ce contrat est un instrument qui améliore la liquidité d’un marché et donc ajoute-t-il de réduire le coût de financement de l’Etat français.

   

Le Président de l’AMF, M. Jouyet :

Dans un communiqué à l’Agence France Presse le jeudi 12 Avril, M. Jouyet concède que le lancement de ce produit financier n’est pas un bon signal car, dit-il, il risque d’être considéré comme spéculatif. Mais il ajoute, je cite, « L’avantage de ce produit est qu’il plus transparent et mieux contrôlé que les CDS ». Précisons que les CDS ce sont les contrats d’assurance contre le risque de faillite des Etats, les CDS  sont eux aussi des produits financiers qui s’échangent sur les marchés pour le plus grand bonheur des spéculateurs. 

   

Qu'en est-il réellement?

Ce nouvel instrument est-il dangereux ou bien est-il un fantasme du Front de Gauche ?

Pour comprendre, voyons comment fonctionne ce nouveau produit financier :

Il sera mis en place ce 16 avril par une place boursière allemande qui s’appelle Eurex. Il permettra d'acheter ou revendre des contrats, par lesquels un investisseur s'engage à acheter ou à revendre de la dette française.

   

Ces contrats financiers liés à la dette française sont  cotés. Ils ont une certaine valeur. Cette valeur évolue en fonction de l'offre et de la demande. Les acteurs du marché financier qui vont les détenir, c’est-à-dire les banques, les compagnie d’assurance, grandes fortunes et autres fonds financiers, pourront donc tout naturellement spéculer sur la dette française.

   

Il pourront spéculer aussi bien à la hausse qu’à la baisse. Spéculer à la hausse c’est-à-dire acheter à 1000 Euros pour espérer revendre à 1100. Spéculer aussi à la baisse en vendant à découvert car il est possible de vendre les contrats... avant de les acheter, comme c'est le cas pour les actions. Ce principe de la "vente à découvert",’cest quoi ? Très simple : on vend un produit à une certaine date en s'engageant à le payer en fin du mois par exemple. Si sa valeur a baissé avant la fin du mois, l'investisseur aura vendu plus cher qu'il n'a acheté. Il aura ainsi gagné de l'argent en pariant sur une baisse du produit. Bon, c’est vrai aussi que l’investisseur peut parier à la hausse…mais on ne parle pas de n’importe quoi, on parle de la dette de l’Etat français…ce qui veut dire que ce sont les spéculateurs qui vont en fonction de leur intérêt à court terme donner plus ou moins de valeur à cette dette et donc rendre plus ou moins coûteux l’accès au marché financier pour son remboursement.

   

Si ces investisseurs pensent qu’il est possible de jouer à la baisse, ils le feront…comme ils l’ont fait pour la Grèce, comme il le font pour l’Espagne…pour la France, si ce n’est pas demain, ce sera après-demain !

   

Résultat : le remboursement de la dette coûtera toujours plus cher, nous emprunterons à des taux plus élevé aux banques et donc au marché financier pour la rembourser. Rappelons que ces même banques et marché financier nous prêterons volontiers à des taux prohibitifs…ils ont obtenu en quelques mois 1000 Milliards d’Euros de la Banque Centrale Européenne (BCE) à un taux de 1% qu’elle pourront nous refiler à un taux de 3, de 5, voir de 8% et plus…on arrête pas le progrès !

Il est vraiment temps de revenir sur les dogmes ultra-libéraux de  la BCE, de la Commission Européenne, de Sarkozy et de Merckel. Il faut renoncer clairement et définitivement au traité de Lisbonne. La BCE doit prêter directement aux Etats sans passer par la case « marché financier ». il s’agit de tarir une fois pour toute cette source de profits indus qui se gonflent sur le dos des Etas et des peuples.

   

Le communiqué ci-dessous de Jean-luc Mélenchon a tout son sens. N’hésitez pas à le faire circuler.

   

Le 16 Avril, 18h. Le-Ban-Saint-Martin au centre socio-culturel

Le 17 Avril, 18h. Woippy, salle Jean Jaurès

Le 18 Avril, 18h30 à TALANGE au Centre Socio-culturel. Dernier meeting suivi d’un pot de le fraternité…

   

A bientôt.

 

Communiqué de Jean-Luc Mélenchon

 

« Une nouvelle arme de la finance contre la France

 

Pendant que Sarkozy et Hollande se font des querelles de mots sur la finance, celle-ci vient de s'offrir un nouveau pouvoir considérable en France. Je condamne la création annoncée pour lundi 16 avril prochain d'un nouvel instrument spéculatif contre la dette française. Lancé par la bourse de Francfort sur le Marché européen des produits dérivés, ce "contrat à terme sur les obligations d'Etat françaises" va offrir des moyens considérables aux spéculateurs pour attaquer notre pays.

Ce nouvel instrument de faire de l'argent sur le dos de notre peuple a aussitôt été saisi par les banksters qui ont déjà déclenché la crise de 2008 aux USA puis celle de la dette en Europe, comme les banques anglo-saxonnes Morgan Stanley et Barclays Capital.

Face à ce nouveau coup de force de la finance contre notre pays, je m'étonne du silence de Nicolas Sarkozy et de son gouvernement pourtant si prompts à agiter la menace des marchés financiers contre la gauche.

J'invite François Hollande à prendre conscience du danger qui menace et à rejoindre ma stratégie de combat. Je préviens que si je suis élu, ces contrats seront interdits comme toutes les ventes à découvert et les CDS non adossés. Je préviens que des poursuites seront engagées contre ceux qui ont préparé ou facilité la mise en place de ces mesures contre les intérêts économiques fondamentaux de la nation (article 410-1 du code pénal) »

Tag(s) : #Elections 2012

Partager cet article

Repost 0