Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Impossible à résumer dans le titre d’un article ! Donc on a fait court. La zone de friches industrielles qui, après quatre ans de travaux, est partie officiellement ce mardi vers un nouveau destin est à cheval sur quatre communes (Hagondange, Maizières-lès-Metz, Marange-Silvange et Talange) et sur trois intecommunalités (le Sillon, l’Orne et Maizières). De plus, elle a 100 ans d’histoire industrielle et est indirectement un enfant des Schtroumpfs !

 

Friches-industrielles_juin_.jpg

 

Patrick Abate, maire de Talange et vice-président du conseil régional est aussi le président du SIEAFI, en clair la structure intercommunale créée pour gérer l'aménagement des fameu­ses friches. Un ensem­ble de 60 hectares sur lequel ont été installés en un siècle Thyssen, Usinor et Sacilor notamment. 2 000 ouvriers y prenaient leur travail à chaque poste. Un territoire anciennement industriel complémentaire et voisin de celui sur lequel fut dessiné au début des années 80 le grand projet du nouveau monde des Schtroumpfs. Les 60 hectares servaient de zone d'expansion et abritaient le siège du monde des petits hommes bleus dans les anciens ateliers centraux de la sidérurgie.

Le rêve en bleu est passé. Reste une PME méritante comme le dit Patrick Abate, c'est-à-dire Walygator qui gère le parc et investit régulièrement. Depuis le lieu de l'inauguration officielle des friches on voit d'ailleurs les courbes des rails du Monster. On voit aussi une vaste plaine desservie par un port et un canal ( le Canifemo) qui rejoint ensuite la Moselle. Des arguments qui ont été mis en avant pour trouver un nouveau destin à l'espace.

Multimodal par excellence

« Il aura fallu attendre 25 ans pour que ce syndicat ait sa personnalité propre et ne soit plus seulement un réservoir pour d'autres ; il aura fallu rencontrer un promoteur en 1995, M. Philippe Beck pour qu'un nouvel avenir se dessine. Ces 60 hectares sont ouverts sur une Moselle dont nous espérons qu'elle sera de plus en plus décisive pour les transports. Nous avons voulu créer une zone logistique et industrielle essentiellement tournée vers le bâtiment et les travaux publics, spécialisée dans le vrac. Nous avons un espace multimodal grâce à la voie navigable, au chemin de fer et à la route. Nous nous inscrivons dans le développement portuaire de la Moselle même si nous ne sommes pas en tant que tels dans le projet ports Moselle. L'industrie se redéveloppe sur des territoires de l'industrie. C'est écologique et c'est sain. 1 million d'euros a été injecté par le syndicat, 150 000 par le conseil régional et 15 millions par le privé dont 5,4 pour la dépollution ».

Philippe Beck, président de Sotravest, l'investisseur privé expliquera que l'opération est à la fois une réponse à l'aménagement du territoire, au développement durable et à la demande des entreprises. 150 à 200 emplois seront créées dans les deux ans. « Plus de 50 % de l'activité de la zone sera logistique… de 300 à 500 000 tonnes transiteront ici par an. Essentiellement par la voie fluviale d'autant plus que des travaux permettront d'accueillir des péniches de 2 500 t contre 1 500 t actuellement. En un an et demi nous avons réussi à changer le paysage de cette friche abandonnée. 43 000 h de travail sans un accident ». Une autre fierté pour le chef d'entreprise.

Le public et le civil

Au nom du conseil régional Roger Tirlicien parlera de pugnacité puis il reviendra au préfet Christian de Lavernée le soin de conclure. «  Fasciné par les nouvelles vocations que se trouvent des secteurs qu'il découvre depuis son arrivée en Lorraine il parlera de développement durable, de la nécessité aussi de tenir compte dans les perspectives d'évolution des intercommunalités de la réalité économique des dossiers ».Ses propos seront rassurants sur des aides du FNAT (aménagement du territoire), techniques sur les perspectives bien précises en matière de fonds européens. Il dira enfin sa conviction qu'il n'y a pas de bonne politique publique si elle n'active pas toutes les forces de la société civile. Ce que la cérémonie de ce mardi venait de démontrer.
Jean-Pierre JAGER dans la Semaine du 21 juin 2011
Tag(s) : #Mes projets sur Talange et le secteur

Partager cet article

Repost 0