Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

A l’invitation de la section du parti communiste français de Saint-Avold, Patrick Abate, maire de Talange, professeur de sciences économiques et vice-président de la région Lorraine, a donné sa version de la crise économique à l’occasion d’une conférence-débat organisée à la salle des Congrès.

Patrick Abate est en tournée dans la région. Après Hayange, Epinal, Nilvange, Sarreguemines, Forbach, l’élu PC était à Saint-Avold mardi soir pour «mettre ses connaissances au service de la population ». Le thème du jour, incontournable actuellement : la crise économique. Comment est-elle née ? Pourquoi ? Quelles sont les conséquences ? Diaporama à l’appui, l’économiste a commenté notamment les réactions qu’ont les pouvoirs publics face à cette crise. En voici les grandes lignes.


Les origines de la crise actuelle
? «Il faut remonter aux années 70 pour retrouver l’un des faits majeurs qui a déclenché cette crise : en 1971, la fin des accords de Bretton Woods. Le taux de change fixe du dollar n’est plus lié à l’or, le change devient "flottant". En 1973, la guerre du Kippour entraîne une flambée du prix du pétrole. Dans les années 80, on assiste à l’explosion de la dette du tiers-monde, la chute du mur du Berlin et l’implosion de l’URSS. Autres éléments déclencheurs, l’arrivée dans les années 90 de l’Inde et la Chine sur le marché des pays industriels, et, dans les années 2000, le développement de l’économie numérique et de l’ultralibéralisme. En cause également : la titrisation. On a prêté de l’argent à des gens fragiles, on a spéculé sur des produits dérivés.»

L’étincelle qui a mis le feu aux poudres
? «En 2006-2007, le cours de l’or progresse alors que rien ne se passe. On assiste à un déplacement des spéculations sur les matières premières. Les grandes fortunes vendent leurs produits dérivés et les banques qui soi-disant avaient des milliards, voient leur capital chuter de manière vertigineuse. Aux Etats-Unis, première économie mondiale, la logique des subprimes, ces crédits hypothécaires accordés à une clientèle peu solvable (sur la base d’une majoration du taux d’intérêt censée compenser les risques pris par le prêteur) a fini par dérégler l’ensemble des compartiments financiers dès lors que les emprunteurs ne pouvaient plus rembourser leurs dettes.»

Comment s’en sortir
? «Il faut immédiatement nationaliser, ou "européaniser", le système bancaire. Et ce, pour l’intérêt général. Les banques ne sont pas là pour faire du profit. Il faut faire de même pour tout ce qui concerne l’eau, les énergies, les transports collectifs et les ordures ménagères. L’économie est une science, mais pas une science exacte. C’est aux citoyens de maîtriser les secteurs clefs de l’économie.»


Par Jean-François TIERCY (Journaliste au Républicain Lorrain)
Article du Républicain Lorrain du 23 avril 2009 (Edition Saint-Avold)

Tag(s) : #Actualités

Partager cet article

Repost 0