Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Incurie budgétaire française, vertu allemande : les statistiques tronquées Par Olivier Passet, Xerfi  |  02/08/2016

La Tribune publie chaque jour des extraits issus des analyses diffusées sur Xerfi Canal. Aujourd'hui, les statistiques tronquées entre l'Allemagne et la France

 

La vidéo commentée dans l’article ci-dessous :

https://youtu.be/VihbUQp03T0

 

100 milliards sur 5 ans pour les plus mesurés... 150 milliards sur 3 ans pour les surenchérisseurs. Les programmes de la droite sont unanimes. Il va falloir trancher dans le lard de la gabegie publique après 2017. À l'appui de la démonstration les chiffres éloquents de la comparaison France Allemagne. : 54% de dépenses publiques en % du PIB de part et d'autre du Rhin en 1995. 57% en France et 44% en Allemagne : soit 13 points d'écart en 2015. C'est considérable et intenable. Et cela en dit long sur le sens des responsabilités de nos voisins et sur la perte de contrôle hexagonal. Bref, ce que les Allemands ont su le faire... il faut le faire. C'est aussi simple que cela. Sauf que sous couvert de rigueur, tout est faux, au mieux irréalisable et, au pire dangereux.

 

Car ce que ne dit pas ce graphique, c'est d'abord que le point de départ est totalement biaisé par le fait que cette année-là, l'État allemand rachetait les dettes de la Treuhand (l'organisme chargé de la privatisation des entreprises est-allemandes). Il prenait donc ses pertes de la réunification Lorsque l'on sort cet élément exceptionnel, le ratio de dépenses publiques baisse de 6 points, et l'écart France Allemagne revient en 1995 sur ce qu'il a toujours été de façon structurelle. De l'ordre de 5-6 points. Ce que ne dit pas non plus ce graphique c'est que les crédits d'impôts, le CICE ou le Crédit impôt recherche, sont comptabilisés en France comme des dépenses.

 

Des subventions... et non en baisses d'impôt. Alors que de fait, ils allègent la pression fiscale. L'Allemagne n'a pas de tel dispositif. Et voilà alors 1,2 point de dépenses publiques françaises fictives, qu'il faut retirer pour se comparer à l'Allemagne et qui réduit d'autant l'écart. Ce que ne dit pas encore ce graphique, c'est que dans l'arsenal de gestion de l'équilibre des retraites, il y a la montée en puissance graduelle, depuis 2001, des retraites d'entreprises et de l'épargne par capitalisation. Cela ne remet pas en cause la nature fondamentale du système, mais l'hybride peu à peu. Le régime par répartition public s'atrophie. Mais une partie du système glisse vers les piliers 2 et 3 des retraites d'entreprise et par capitalisation.

 

Sortons ces trois éléments bien spécifiques...

Et l'on verra que la dérive vis-à-vis de l'Allemagne, n'est pas de 13 points, mais de 2-3 points. Et qu'elle se stabilise depuis 2012.

Alors revenons sur ce qui est permanent dans l'écart franco-allemand et qui suscite tant de fantasme sur notre incurie.

 Eh bien, il s'agit des dépenses de fonctionnement. Les surdoués allemands parviennent à faire tourner leur machine étatique avec beaucoup moins de fonctionnaires, beaucoup moins de rémunérations donc et de consommations intermédiaires. L'écart, là, n'a pas bougé. Il est de 5-6 points de PIB depuis 20 ans.

Mais, ce que l'on ne dit pas à nouveau, c'est que :

1/ la comptabilité nationale allemande compte les hôpitaux publics dans les sociétés non financières et non dans l'Etat. Résultat, les allemands parviennent à ce petit miracle qui n'est qu'apparence comptable, de faire tourner leur système de santé en n'y consacrant que 05 point de PIB en frais de fonctionnement, quand la France y consacre 3 points.

2/ C'est qu'une partie du financement de l'éducation en Allemagne transite par des associations et bascule donc en subventions. Résultat, tout en dépensant plus d'euros par élèves ou étudiant, l'Allemagne fait tourner son système éducatif avec 3,3 points de PIB quand la France y consacre 4,5 points.

3/ Ce que l'on oublie de mentionner aussi. C'est que les budgets militaires français et allemands n'ont pas, pour des raisons historiques la même dimension. Et que personne le songe à les faire converger.

Avec ces seuls trois éléments, j'explique plus des trois quart de l'écart des frais de fonctionnement entre les administrations publiques française et allemande.

Je passe sur d'autres détails. Mais tous ceux qui prétendent pouvoir faire converger les chiffres français et allemand dans ces domaines, se leurrent et nous leurrent.

Concernant la dérive des dépenses sociales françaises en comparaison de l'Allemagne maintenant. Bien réelle cette fois. Soyons conscient qu'elle relève principalement des retraites et de l'indemnisation du chômage. Mais que pour les retraites, les cadres institutionnels ont évolué et que le paramétrage français n'a pas, pour des raisons démographiques évidentes à être aussi drastique que le paramétrage allemand. Et que pour le chômage, le système allemand doit ses économies au reflux du nombre de chômeurs, tandis que son coût par chômeur reste nettement plus élevé qu'en France.

Bref cessons la forfanterie. Contre-productive, voire dangereuse. Et réformons l'État avec doigté et intelligence.

 

Tag(s) : #Economie, #Actualités

Partager cet article

Repost 0