Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Journée de la déportation 24 Avril 2016 : mon discours

« Si l'écho de leurs voix faiblit, nous périrons » (Paul Eluard)

 

            Nous sommes réunis aujourd'hui pour rendre hommage à toutes celles et tous ceux (internés, déportés, résistants, patriotes) qui ont été victimes des camps d'extermination et du nazisme.

            Nous sommes réunis aujourd'hui pour témoigner notre volonté commune de ne pas oublier « plus jamais cela… » Il est des pages de notre histoire qui demande plus que le souvenir mais qui exige respect, fidélité et vigilance.

            Ne point permettre aux nostalgiques de faire parler à nouveaux d'eux, ne point permettre à notre société de générer ces idéologies criminelles qui se nourrissent de la misère, de l'ignorance et de la désespérance des jeunes.

Mais les nostalgiques font à nouveau dangereusement parler d'eux :

- Le creusement scandaleux des inégalités,

- Les fissures dangereuses de la solidarité européenne,

- L'arrogance de la finance,

- La stigmatisation des réfugiés,

- La menace djihadiste...

            Constituent le terreau du repli sur soi, de l’ostracisme et des relents fascistes et racistes qui se nourrissent de la désignation de quelques boucs émissaires.

            Est- il besoin d'épiloguer en France sur les déclarations ahurissantes d'une candidate à la Présidence de la République ou sur l'impuissance en Europe de nos démocraties à assurer plus de justice et d'humanité et sur le comportement … douteux d'un certain nombre de grands pays européens en la matière ainsi que leurs dérives extrémistes droitières.

            Le témoignage que nous faisons chaque année doit servir la cause de l'humanité et de la compréhension réciproque entre les peuples.

            Il doit aussi servir à notre jeunesse qui doit, en s'inspirant de cette tragédie et du courage de ceux qui ont souffert ou l'ont combattue, bâtir un monde de justice, de paix et donc de véritable sécurité à l'image de ceux qui ont pour faire les Manouchian, Jean Moulin, Jean Burger et leurs frères d'arme de toute nationalité, de toute religion et d'horizon politique souvent différents.

 Car il ne faut pas se tromper :

                   Oublier ce n'est pas pardonner, oublier c'est assassiner une deuxième fois ceux qui ont été torturés, fusillés, déportés,

                   Oublier c'est tout simplement adhérer aux idées criminelles, de ceux qui ont été la honte de la France.

            Ceux qui parlent des chambres à gaz en les qualifiant de « détail » de l'histoire.

            Ceux qui refont l'Histoire en la révisant.

            L'Histoire de tous les pays du Monde est malheureusement (depuis la nuit des temps) traversée de guerre, d'atrocités d'atteintes aux droits de l'homme et de pouvoirs dictatoriaux et criminels.

            Mais ce que les nazis ont fait, aidés en cela par les fascistes et les extrêmes droites du Monde entier y compris en France, jamais, jamais notre planète ne l'a connu.

            Aucune expérience humaine à l'échelle de la planète n'a jamais été fondée sur l'idéal d'extermination systématique des peuples pour assurer la survie et l'espace vital d'un seul et pour promouvoir une race dite supérieure.

            Au premier rang des victimes, des voisins, des amis, des citoyens, des héros de la guerre de 14, des scientifiques, des ouvriers...

Ils étaient de confession ou d'origine juive, par millions, il ont rempli les camps de la mort dans une barbarie totale. Ils ont été rejoints par des centaines de milliers de Tziganes, d'opposants politiques (communistes, socialistes, gaullistes), des syndicalistes, des croyants des autres confessions qui ne voulaient pas être complices.

 

            Cette page de l'Histoire du Monde qui se termine par la victoire et la libération des camps, les alliés américains, soviétiques, anglais, français et par la victoire des démocrates et des progressistes de tous les pays, n'est comparable à aucune autre.

 

            Une nation qui l'oublie est une nation sans avenir et c'est pour ne pas oublier que nous sommes réunis aujourd'hui car :

 

« Il est toujours fécond le ventre d'où m'a fait la bête immonde » (Bertolt Brecht)

 

            Personne, jamais, nulle part ne doit se sentir définitivement à l'abri et tout à fait tranquille.

 

Permettez qu'encore pour terminer mon discours en je vous liste le poème, de Louis Needermeyer, pasteur allemand, déporté.

 

Quand ils sont venus

Chercher les communistes

Je n'ai rien dit

Je n'étais pas communiste

 

Quand ils sont venus

Chercher les syndicalistes

Je n'ai rien dit

Je n'étais pas syndicaliste

 

Quand ils sont venus

Chercher les juifs

Je n'est rien dit

Je n'étais pas juif

 

Quand ils sont venus

Chercher les catholiques

Je n'ai rien dit

Je n'étais pas catholique

 

Puis ils sont venus me chercher

Et il ne restait plus personne

Pour dire quelque chose.

 

                                            Dachau, 1942

 

« Vive la Liberté, Vive l’Égalité, Vive la Fraternité, Vive la France, Vive la Paix ».

Tag(s) : #Actualités, #Talange Cérémonie, #A Talange

Partager cet article

Repost 0