Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

CCRM / centre aquatique à Hagondange : prise de risques inconsidérée avec l'argent du contribuable, faut-il laisser faire ?

A l'approche du jury de concours de maîtrise d'oeuvre pour le centre aquatique deux points essentiels restent sans réponse : celle de la dépense prévisionnelle qui explose à +10 Millions d'euros par rapport aux promesses du Président de la CCRM et celle des frais liés aux activités adulte de type commerciales en concurrence directe avec le site de Amnéville.

Je propose de "limiter les dégâts" en réduisant l'investissement à la simple réhabilitation de la structure existante qui permettra de satisfaire largement les besoins scolaires/enfants/familles.

 

A ce jour, concernant ce dossier, deux questions essentielles pour les contribuables et les finances communautaires restent sans réponse.

Nous attendons toujours deux explications :

 

-              L’explication de l'augmentation de la dépense prévisionnelle d'investissement de 4,2 Millions entre le projet initial (17 Millions) et le projet actuel (21,2 Millions). Rappelons que M. Mahler avait promis 5 à 6 Millions d'économie si le projet se faisait à la Ballastière et non à la sortie autoroutière à côté du lycée de Talange et du collège de Hagondange. En fait, on ne diminue pas de 5 à 6 millions par rapport aux 17 Millions prévus, mais on augmente cette prévision de 4,2 Millions… Le résultat, c'est une différence de 10 Millions par rapport à la promesse de M. Mahler ! Sans compter le Million d'Euros, à minima, pour le désamiantage et autres aménagements du site sur le compte des contribuables de Hagondange…

-              L’explication sur les risques que nous prendrions concernant les frais de fonctionnement du centre aquatique. Le projet initial présentait un déficit de fonctionnement annuel de 500 000 euros. Cela correspond au déficit ordinaire d'une simple piscine et de ses activités pour les scolaires et les enfants. L'étude de marché avait montré que, du fait de l'attractivité de l'emplacement au bord de l'A31, l'amortissement des dépenses d'investissement et de fonctionnement pour les activités de type commerciales réservées aux adultes ( salle de sport, Bien-être, sauna, hammam, plage de bronzage, bassin extérieur…) étaient équilibrées par les recettes commerciales. Le changement de lieu d'implantation aurait dû impliquer une nouvelle étude de marché. Elle n'a pas été faite et nous n'avons aucune garantie sur les recettes commerciales. D'autant plus quon va se trouver là en concurrence directe avec, à proximité immédiate, la piscine et le Centre de Loisirs d'Amnéville (qui n'a pas besoin de cela ! ). Chacun conviendra aussi qu'on attire pas les clients de la même façon au fin fond de la Ballastière qu'à une sortie autoroutière !

 

Alors, sauf à revenir sur le choix de la Ballastière, dont rares sont ceux qui trouvent que c'est un bon choix (mis à part le Président lui-même et une petite majorité d'élus au Conseil Communautaire de la C.C.R.M.), le bon sens, l'intérêt général et l'utilisation de l'argent public continueront à être l'objet d'une gestion calamiteuse. Une telle erreur en terme d'aménagement du territoire et un tel risque financier ont été sévèrement jugés par nos concitoyens. J'en veux pour preuve les 4500 signatures de la pétition que les responsables de la C.C.R.M., dans un déni de démocratie extraordinaire, n'ont même pas pris en compte pour organiser ne serait-ce qu'un simple débat public. 

 

Aujourd'hui, je propose donc à M. Mahler et à sa majorité, si ils s'entêtent dans leur mauvais choix d'implantation, de diminuer les dégâts financiers, de limiter les risques et… de tenir les promesses d'économie !

Il faudrait, pour cela, réduire l'investissement en procédant simplement à la réhabilitation de la structure existante de la piscine de Hagondange et sortir du projet les coûteux et hasardeux équipements à vocation commerciale.

Il s'agit de refaire de façon moderne le bassin existant et de mettre aux normes de sécurité, d'hygiène et de confort les équipements actuels, sans plus.

Cela satisfera pleinement à l'objectif principal qui consiste à remplir nos obligations pour l'apprentissage de la natation dans les écoles et à développer la pratique de la natation pour nos enfants et les familles.

 

Je demande à M. Freyburger de réunir la commission qu'il préside pour avoir enfin un débat de fond, complet et transparent sur l'avenir fonctionnel et financier de ce projet. Vu les promesses non tenues, les dérapages et les risques, je n'imagine pas qu'un tel débat soit refusé alors que ce qui est en  jeu, à court et à long terme, ce sont sur les finances de nos communes et les impôts de nos concitoyens.

 

Ci-dessous, une copie du courrier que j'ai adressé à Monsieur Mahler, Président de la Communauté de Communes Rives de Moselle, au sujet du prochain Jury de concours de maîtrise d’œuvre pour le centre aquatique.

 

 

Talange, le 20 Avril 2016.

Monsieur le Sénateur Maire de Talange

à

Monsieur le Président de la CCRM

Place de la Gare

57280 MAIZIERES-LES-METZ

 

Monsieur le Président,

 

J'ai bien reçu votre invitation au jury de concours de maîtrise d'oeuvre pour le centre aquatique.

Je vous rappelle que deux questions restent à ce jour sans réponse :

 

Question 1 :

Lors de votre accession à la Présidence de la Communauté de Communes Rives de Moselle (C.C.R.M.), vous avez fait annuler par la nouvelle majorité le lancement d'un même concours qui, à l'époque, était basé sur un projet estimé à 17 Millions d'euros TTC.

Vous nous avez alors promis (et vous vous êtes engagé publiquement) à économiser 5 à 6 Millions d'euros grâce à l'utilisation des structures de l'ancienne piscine de Hagondange que vous aviez fermée il y a plus de 10 ans.

La dernière étude que vous nous avez présentée, tout comme vos propositions budgétaires, font apparaître une prévision de dépense de 21, 2 Millions d'Euros TTC.

Ce ne serait donc pas 5 à 6 Millions d'économies… mais 4,2 Millions de dépenses supplémentaires.

Comment peut-on expliquer à nos concitoyens et aux contribuables une telle différence de dépense d'investissement ?

 

Question 2 :

Les entreprises qui concourent vont répondre au développement du projet initial de ce centre aquatique communautaire.

Or, ce projet se situait au bord de l'A31 dans une zone de chalandise et d'attractivité qui permettait, comme les premières études l'avait montrées, d'équilibrer les dépenses de fonctionnement pour toutes les activités (sauf bien-sûr les activités liées aux scolaires et à la fréquentation par les enfants).

Le déficit de fonctionnement prévisible était de l'ordre de 500 000 euros par an, ce qui est plus ou moins la norme en matière de piscine. Le changement de lieu va profondément changer le schéma économique de ce centre.

En effet, la clientèle payante adulte, pour les activités de type plus commerciales, sports, bien-être et autres bassins extérieurs ne trouvera pas un accès aussi facile et un environnement aussi favorable et sera à deux pas du Centre thermal et de loisirs d' Amnéville. Cela change fondamentalement les choses. Mais aucune nouvelle étude de marché, actualisée du fait de votre choix du site de la ballastière à Hagondange, ne nous a été présentée.

Comment peut-on justifier une telle prise de risque concernant les frais de fonctionnement qui engagent de l'argent public sur plusieurs décennies ?

 

Vous n'avez pas pu répondre à ces deux questions de façon objective et argumentée malgré nos nombreuses sollicitations. La Commission présidée par notre collègue J. Freyburger n'a jamais voulu s'emparer de ces problématiques.

C'est pour cela qu'à l'occasion du débat d'orientation budgétaire et à l'occasion du vote du budget 2016, je vous ai demandé de réfléchir à une simple réhabilitation de la piscine de Hagondange.

Il s'agirait de la reconstruire de façon moderne mais dans sa structure actuelle.Cela permettrait de satisfaire nos obligations légales pour les scolaires et permettrait la pratique de la natation pour nos enfants et leurs familles, comme c'était d'ailleurs le cas avant que vous ne décidiez de fermer la piscine de Hagondange.

Il en va de plusieurs millions d'euros d'économie sur l'investissement et il en va de plusieurs centaines de milliers d’euros de déficit de fonctionnement supplémentaires par an.

Je persiste à dire que vous avez fait un mauvais choix en tirant un trait sur la décision de l'implantation à la sortie autoroutière Hagondange / Talange / Ay-sur-Moselle que votre prédécesseur avait acté.

Vous avez fait un mauvais choix :

- en matière d'aménagement du territoire,

- en matière d'attractivité,

- en matière d’environnement, (commerces, services, restaurations…)

- en matière d'accès pour les écoles de nos 20 communes,

- en matière de soutien au Lycée de Talange et de soutien au Collège de Hagondange,

- en matière d'accès par la route et par les voies vertes pour toutes nos communes et en particulier pour celles de la Rive Droite.

- en matière de facilité pour la construction,

- en matière de places de stationnement et de facilité de circulation,

- en matière de capacité foncière pour d'éventuels besoins futur…

Dont acte ! Mais ne rajoutons pas maintenant de mauvais choix financiers.

Il est pourtant encore temps pour vous de revenir sur une décision que votre majorité a incontestablement pris sous l'influence d'informations et de promesses qui s'avèrent infondées.

Ce serait tout à l'honneur de notre collectivité et tout à fait conforme à l'intérêt général.

Ceci étant, je ne vous propose aujourd'hui rien d'autre qu'une solution pour tenir les promesses d'économies que vous avez faites et à l'égard desquelles votre majorité de la CCRM a été si sensible.

Je demande donc à nouveau à notre collègue J. FREYBURGER de mettre enfin à l'ordre du jour de la Commission qu'il préside, une discussion globale sur les orientations financières et fonctionnelles de cet équipement avant ce jury de concours qui ne pourra de toute évidence statuer que sous réserve des résultats d'une telle réflexion.

 

Dans l'attente, je vous prie de recevoir mes salutations.

 

Patrick ABATE

Maire de Talange

Sénateur de la Moselle

 

Tag(s) : #Centre aquatique, #Rives de Moselle, #Actualités, #Intercommunalité

Partager cet article

Repost 0