Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Vote au Sénat sur l'accord européen relatif à la Grèce : choisir entre la peste et le choléra

Paris, le 15 juillet 2015

Ce mercredi 15 juillet, l'ensemble des sénateurs devaient se prononcer sur l'accord trouvé à Bruxelles lundi dernier. Un accord injuste socialement qui n'est qu'une humiliante mise sous tutelle de la Grèce. 
Les bourreaux néolibéraux ont réussi, ils ont fait reculer Tsipras, le seul qui fut capable de se lever pour faire barrage à l'Europe de la finance, celle qui sert les intérêts privés, celle qui organise le recul social et étrangle les peuples. La résistance et le courage dont a su faire preuve Tsipras sont à saluer et à brandir comme exemple.

Nous savons tous qu'il n'a eu d'autre choix que d'accepter les conditions d'une aide financière dont une grande partie ne servira qu'à engraisser les banques. Ce sont autant de milliards d'euros qui n'aideront en rien les grecs assommés par une pluie d'enclumes austéritaires.


Se prononcer sur l'accord revenait à choisir entre la peste et le choléra. Une difficulté à la hauteur de celles qu'a connu Alexis Tsipras ces derniers jours :

Voter POUR cet accord c'est, certes, se prononcer contre la volonté d'Angela Merkel et de son Ministre des Finances d'organiser la sortie de la Grèce de la zone euro. Mais c'est également accepter le prix à payer pour les grecs en validant le choix de l'austérité et de l'injustice sociale.

Voter CONTRE c'est, certes, exprimer le refus d'austérité supplémentaire pour les grecs et s'opposer au diktat libéral. Mais c'est également et dans une moindre mesure, laisser Tsipras et laisser le peuple grec seuls dans leur combat contre l'Europe des marchés et de la Troïka. Tsipras a dû reculer, le "couteau sous la gorge". Pour autant, le combat continue.

J'ai fait le choix de l'abstention afin de manifester non seulement mon soutien au Premier Ministre grec, mais aussi mon total désaccord avec une Europe qui oublie ses fondamentaux et qui s'assoit sur les choix démocratiques.
D'autres directions sont à prendre, à commencer par celle de la construction d'une Europe sociale, au service de ses citoyens, pas de ses banques.

 

Tag(s) : #Au Sénat

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :