Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

ASCOMETAL, FRANCE TRANSFO... Et maintenant EIFFAGE : un bassin de vie et d'emploi malmené

Plan sociaux, fermetures de sites, délocalisations et licenciements :  notre bassin de vie et d'emplois mosellan est aujourd'hui malmené.
 
Petit à petit, notre tissus industriel local est affaibli par des décisions de grands groupes nationaux ou multinationaux motivées par le souci de la rentabilité immédiate.

Il en est ainsi de ASCOMETAL, de FRANCE-TRANSFO et maintenant de EIFFAGE et cela concerne au final des centaines d'emplois. Ces entreprises constituent de longues dates des fleurons industriels de notre bassin de vie et d'emploi composé de la Communauté de Communes de Rives de Moselle et de la Communauté de Communes du Pays de l'Orne.
La succession des Plans Sociaux est sans conteste une source d'inquiétude.
Cela exige la mobilisation de tous.

J'ai interrogé M. le Préfet de Région sur les fonds public (CICE et CIR) dont ont bénéficié ces entreprises.
A l'heure où nous subissons tous la rareté de l'Argent Public, il me parait légitime d'exiger la plus grande transparence en matière de fonds destinés aux entreprises.
J'ai par ailleurs alerté le Gouvernement sur la situation et l'avenir d'ASCOMETAL et sur la situation et l'avenir de FRANCE-TRANSFO. Dans le même temps, j'interroge le PDG de l'entreprise publique ERDF, donneur d'ordre de FRANCE-TRANSFO.

L'usage opaque des fonds publics, les stratégies de délocalisation, les licenciements boursiers et la recherche de profits immédiats pour satisfaire les actionnaires ne doivent pas continuer à présider aux destinées de nos entreprises, des salariés et de nos territoires.

 

Ci dessous, les courriers adressés au Préfet de la Région Lorraine, à Emmanuel MACRON, Ministre de l'Econmomie, de l'Industrie et du Numérique, et à Jean-Bernard Lévy, PDG d'EDF.

 

ASCOMETAL, FRANCE TRANSFO... Et maintenant EIFFAGE : un bassin de vie et d'emploi malmené

 

                                                                Monsieur le Préfet de la Région Lorraine
                                                    Préfet de la Moselle
 
                                                   
                                                      Préfecture de la Moselle
                                                      9, Place de la Préfecture
                                                    BP 71014
                                                   57034 METZ CEDEX

 

Hagondange, le 10 juin 2015

Objet : Eiffage / France-Transfo / Ascométal     
    
    
Monsieur le Préfet,


    Vous trouverez ci-joints, pour votre parfaite information, les courriers que j’ai adressé à Monsieur le Ministre de l’Economie, de l’Industrie et du Numérique, suite aux annonces de plans sociaux au sein des entreprises FRANCE TRANSFO et ASCOMETAL.

    Dans mon précédent courrier en date du 4 juin, je vous demandais des précisions sur les montants perçues par ces entreprises au titre du Crédit d’Impôt Compétitivité Emploi (C.I.C.E) et du Crédit d’Impôt Recherche (C.I.R).

    Nous venons malheureusement d’apprendre la fermeture supplémentaire du site de Maizières-lès-Metz du groupe EIFFAGE. 80 postes vont ainsi être supprimés dans la localité, 239 sur l’ensemble du territoire.

Il n’est pas acceptable, que dans l’unique souci d’une rentabilité immédiate, les groupes nationaux ou multinationaux qui bénéficient de l’argent public, sacrifient dans notre bassin de vie et d'emplois des fleurons industriels et plongent une main d’œuvre qualifiée, héritière de plus d’un siècle de savoir-faire industriel local, dans la précarité et le chômage.

    Par conséquent, je vous demande également de bien vouloir porter à ma connaissance le montant exact des sommes allouées à la société EIFFAGE au titre du C.I.C.E ou du C.I.R, ou des deux.

    Je vous prie d’agréer, Monsieur le Préfet, l’expression de ma Haute Considération.

                              

                                                                               Patrick ABATE

                                                                              Maire de Talange,

                                                                               Sénateur de la Moselle. 

 

 

 

 

 

 

 

                                                           
 

 

                                                            MONSIEUR EMMANUEL MACRON
                                                           MINISTRE DE L’ECONOMIE, DE L’INDUSTRIE
                                                         ET DU NUMERIQUE
                                                   
                                                         Télédoc 151
                                                         139, rue de Bercy
                                                          75572 Paris Cedex 12

 

Paris, le 10 juin 2015

Objet : Avenir des sites français du groupe SCHNEIDER ELECTRIC      
    
    

    Monsieur le Ministre,

    J’ai l’honneur d’attirer votre attention sur la situation du  groupe SCHNEIDER ELECTRIC, multinationale française spécialisée dans la gestion de l’énergie électrique.

    L’inquiétude - on ne peut que le comprendre - est grande parmi les salariés, suite à la récente décision prise par la direction, de procéder à deux plans sociaux. Il s’agira de fermer le site du Petit-Quevilly en Seine-Maritime ainsi que la chaudronnerie de Marange-Silvange en Moselle, et de procéder à une réduction des effectifs sur l’autre site mosellan de Maizières-Lès-Metz. 

    Ces licenciements ainsi que ces fermetures d’usines ont pour origine la délocalisation en Pologne par SCHNEIDER ELECTRIC de la production de ses transformateurs de grande série. Cette mesure, vous le savez Monsieur le Ministre, vise à bénéficier d’une main d’œuvre bon-marché afin de faire baisser les coûts de production, donc le prix du produit final et par conséquent d’augmenter la marge.

    Au total, ces plans sociaux - qui ne font que succéder aux précédents, Fabrègues et Saint-Soupplets dans l'Hérault, et précéder les prochains - vont provoquer la suppression de 170 emplois supplémentaires en France.

    Au-delà de ces annonces qui s’ajoutent à la longue liste des délocalisations, il me paraît indispensable d’évoquer les pratiques discutables de SCHNEIDER ELECTRIC ainsi que la responsabilité de l’Etat dans les choix qui ont été faits et qui conduisent à cette situation.

    ERDF, dont l’Etat est l’actionnaire majoritaire, qui est le principal client de l’entreprise, exerce une pression sur son fournisseur, exigeant des prix toujours plus bas et n’hésitant pas à attribuer d’importants marchés aux fournisseurs concurrents, notamment à SIEMENS qui ne compte désormais plus aucun site de production de transformateurs électriques en Europe occidentale.

    La perte de ces marchés représente un danger de taille pour les salariés français du groupe, et ne fait que constituer un prétexte supplémentaire pour la multinationale pour  justifier la délocalisation de sa production.

    Pourtant FRANCE TRANSFO, filiale mosellane du groupe, a dégagé un très bon résultat d'exploitation en 2014, ce qui a permis d'octroyer une participation au bénéfice de près de 10 %. Malgré cela les « restructurations » se succèdent. Dans le même temps, le chantier d’une nouvelle usine vient d’être inauguré en Russie. Cette dernière fait l’objet d’un investissement à hauteur de 20 millions d’euros.
Il est donc tout à fait légitime de considérer que l’équipementier électrique possède les ressources financières qui permettraient d’améliorer la compétitivité des usines qu’il ferme en France.

    La Russie étant un des principaux clients du site d’Ennery, ce dernier est promis à des difficultés supplémentaires dans un avenir proche. De toute évidence, ces choix ne peuvent avoir pour but que l’asphyxie des sites français du groupe et l’optimisation des profits au détriment d’une stratégie de développement par la recherche et l’innovation qui pérenniserait les installations existantes. 

    De plus, SCHNEIDER ELECTRIC a bénéficié en 2014 d’une aide financière publique de 100 millions d’euros au titre du Crédit d’Impôt Compétitivité Emploi et du Crédit d’Impôt Recherche. 

    Plus que jamais, il est temps de demander des comptes aux dirigeants ayant bénéficié de ces dispositifs, se montrant si complaisants, si prometteurs par le passé et aujourd’hui si impitoyables envers une main d’œuvre désarmée, plongée dans la précarité, frappée de plein fouet par une succession interminable de plans sociaux.

    Pour finir, je vous fais part de ma totale incompréhension quant au rôle d’ERDF, entreprise française de service public, qui favorise un contexte de dumping social propice à la précarisation d’une main d’œuvre de qualité. L’Etat, de par la place qu’il occupe dans ce dossier, doit exiger des explications au vu des pratiques d’ERDF qui confortent la direction de SCHNEIDER ELECTRIC dans les choix qu’elle fait aujourd’hui.

    Je vous prie d’agréer, Monsieur le Ministre, l’expression de ma Haute considération.
 

                                                                                  Patrick ABATE

                                                                                    Maire de Talange,
                                                                                      Sénateur de la Moselle.
 

 

 

 

 

                                                       
 
 
 
                                                          MONSIEUR EMMANUEL MACRON
                                                        MINISTRE DE L’ECONOMIE, DE L’INDUSTRIE 
                                                         ET DU NUMERIQUE
                                                   
                                                    Télédoc 151
                                                     139, rue de Bercy
                                                     75572 Paris Cedex 12

 

Hagondange, le 5 juin 2015

Objet : Avenir d’ASCO INDUSTRIES     
    

    Monsieur le Ministre,


    J’ai l’honneur d’attirer votre attention sur la situation de la société ASCO INDUSTRIES, dont le siège est en Lorraine, dans la commune d’Hagondange. Cette entreprise, fleuron de l’industrie locale, est spécialisée dans la fabrication d’aciers spéciaux, principalement à destination de l’industrie automobile.

    Les dirigeants de la société ont récemment introduit une requête afin de céder les centrales hydroélectriques du groupe et de fermer l’unité iséroise qui fabrique des aciers pour ressorts. Aujourd’hui, 78 salariés sont concernés par cette fermeture que la direction justifie par la perte des clients du site.
Il faut rappeler que lors de la reprise, un peu plus d’une trentaine de postes, incluant l’ensemble du service commercial, n’ont pas été reconduits au Cheylas.

    De ce fait Monsieur SUPPLISSON, actuel Président d’ASCO INDUSTRIES ne tient pas les engagements pris en 2014, lors du rachat d’ASCOMETAL par ce dernier. Ces engagements consistaient entre autres à : 

                 -    Ne pas céder ou fermer pendant une durée de sept ans à compter de la date                               d’acquisition des sites.

                 -    Ne procéder à aucun licenciement pour motif économique des salariés repris                               pendant une durée de deux ans, sans avoir saisi préalablement le tribunal par                             voie de requête.

    Il justifie cette cession par un contexte de difficultés financières, de manque de performance face à la concurrence et de crise qui frappe l’industrie automobile.

    Pourtant la situation d’ASCOMETAL et le contexte étaient bien connus du repreneur en 2014, ce qui ne l’a pas empêché de prendre l’engagement de maintenir les contrats repris pour une durée minimale de deux ans à compter de l’arrêté du plan.

    Par ailleurs, un autre engagement de M. SUPPLISSON concernait la prise en compte et l’inclusion des syndicats au sein du conseil de surveillance.

    Or, alors que des orientations stratégiques de grande importance sont en discussion, que l’avenir du groupe dans le territoire français est compromis et malgré les demandes des responsables syndicaux, ces derniers sont maintenus à l’écart de toute discussion. C’est inadmissible dans un tel contexte.

    En optant pour des choix stratégiques qui vont à l’encontre d’une démarche de développement, d’investissement, de recherche, qui sacrifie les actifs et une main d’œuvre qualifiée, la direction fait fi de toute conséquence sociale qui en découlerait.

Par ailleurs, j’exprime mon inquiétude à l’égard d’un projet de joint-venture avec le sidérurgiste chinois MA STEEL, qui risque de se traduire en transfert de savoir-faire et de technologie.

    Pour finir - et c’est à mon sens ce qui impose une réelle prise de conscience des responsables publics sur ce dossier - le projet conduit par Monsieur SUPPLISSON a été soutenu par l’Etat, notamment par l’octroi d’un prêt du Fonds de Développement Economique et Social (FDES) de l’ex-Ministre du Redressement Productif Arnaud MONTEBOURG. Cette aide publique s’élève à 35 millions d’euros.

    De plus, la Banque Publique d’Investissement (BPI) qui pouvait ainsi entrer au capital de la société, a refusé cette option sans livrer la moindre explication. 
Pire, elle accepte de soutenir le repreneur des centrales du Cheylas, portant un véritable coup de massue au projet soutenu initialement par le Gouvernement qui a engagé plusieurs dizaines de millions d’euros d’argent public. 

    Face à ces choix, je ne peux que vous faire part de mon incompréhension et de mon inquiétude ainsi que de celles des salariés d’ASCO INDUSTRIES.

Les salariés du groupe se sentent très légitimement lésés. L’avenir du site de Hagondange est particulièrement préoccupant.

    De toute évidence, l’Etat doit agir et exiger des explications au regard de l’argent public engagé dans cette société.

    Je vous prie d’agréer, Monsieur le Ministre, l’expression de ma Haute considération.

                                   

                                                              Patrick ABATE

                                                               Maire de Talange,
                                                               
Sénateur de la Moselle. 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                 MONSIEUR JEAN-BERNARD LEVY
                                                                 PDG d’ELECTRICITE DE FRANCE

                                                               Avenue de Wagram
                                                                75008 Paris 

 

 

Paris, le 10 juin 2015

Objet : Avenir des sites français du groupe SCHNEIDER ELECTRIC      
    
    

    Monsieur le Président-Directeur-Général,

 

    Veuillez trouver ci-joint une copie du courrier envoyé ce jour à monsieur Emmanuel MACRON, Ministre de l’Economie, de l’Industrie et du Numérique au sujet du devenir de la filiale mosellane de SCHNEIDER ENERGIES, FRANCE TRANSFO, dont vous êtes un client important.


    Il nous paraît fortement regrettable qu’ERDF, entreprise publique, favorise aujourd’hui des plans de délocalisation à l’étranger mettant à mal l’emploi dans notre pays, déjà fortement touché par le chômage, au prétexte d’augmenter les résultats.

    A l’heure où les entreprises et les pouvoirs publics demandent des efforts aux salariés, nos grandes entreprises nationales, ne peuvent pas s’exonérer de leurs responsabilités sociales et sociétales.

    Dans l’attente d’informations de votre part, je vous prie d’agréer, Monsieur le Président-Directeur-Général, l’expression de ma haute considération.
 

                                                               

                                                                                 Patrick ABATE

                                                                                    Maire de Talange,
                                                                                     Sénateur de la Moselle. 

 

 

Tag(s) : #Actualités, #Emploi, #Economie

Partager cet article

Repost 0