Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Question écrite au gouvernement - Remise en état du fort de Queuleu

Participation de l'État aux travaux de remise en état du fort de Queuleu

 

Question écrite n° 15454 de M. Patrick Abate  (Moselle - CRC)

publiée dans le JO Sénat du 26/03/2015 - page 646

 

Le Fort de Queuleu, protégé et inscrit à l’Inventaire supplémentaire des Monuments Historiques par l’arrêté du 13 février 1970, est aujourd’hui en danger. Sa disparition constituerait tout à la fois une perte architecturale pour notre département, mais surtout une atteinte grave au devoir de mémoire.

A l’heure où la Moselle s’apprête à commémorer les soixante-dix de la mort de Jean Burger, au camp de Nordhausen-Dora, il est plus que jamais nécessaire de rappeler l’Histoire du Fort de Queuleu et l’importance qu’il revêt dans la lutte contre l’oubli.  Entre 1943 et 1944, ce sont près de 4 500 détenus qui furent jetés dans ce camp d’internement et d’interrogatoire, le seul de ce type en Moselle. Parmi eux, Jean Burger dit « Mario » et son groupe de résistants y seront amenés et torturés.

Après la Libération, le Fort de Queuleu a eu un rôle important dans la préservation de la mémoire collective et la transmission du souvenir aux nouvelles générations. Malheureusement, faute de moyens, l’entretien du Fort est aujourd’hui insuffisant et ce dernier risque de disparaître. Les efforts de l’Amicale des anciens déportés du fort de Queuleu et de leurs familles pour préserver ce monument sont insuffisants, faute de ressources suffisantes. Pourtant, la volonté ne manque pas et ses membres sont prêts à prendre en charge, par le biais de subventions, les frais de fonctionnement du Fort, soit  150 000 € par an.

Cependant, une remise en état de ce monument historique (toujours propriété de l’Etat, de la DDT d’une part et du Ministère de la Défense d’autre part) coûterait environ 700 000 euros. Si l’Etat s'investissait dans cet objectif et s'engageait concrètement en termes de moyens, il ne fait pas de doute que les Collectivités Territoriales mosellanes, dont certaines d'entre elles se sont déjà engagées sur le principe,  suivraient à coup sûr.

Il parait vital, en ces temps inquiétants où les idées racistes, antisémites et xénophobes  se développent sur le terreau de notre Société en difficulté, de rappeler l’importance du Fort de Queuleu. L’Etat et les collectivités territoriales mosellanes ont une responsabilité de premier plan. Il en va de la préservation du souvenir des victimes de la barbarie nazie et d’un ultime hommage à ceux qui ont perdu la vie en combattant pour nos valeurs républicaines, la Liberté, l’Egalité et la Fraternité.

Monsieur Patrick Abate serait reconnaissant à Monsieur le Secrétaire d’Etat chargé des Anciens Combattants et de la Mémoire de bien vouloir lui indiquer quelles sont les dispositions que le gouvernement entend mettre en œuvre pour aider à la remise en état du Fort de Queuleu, symbole de notre Histoire et lieu de mémoire.

 

En attente de réponse du Secrétariat d'État, auprès du ministère de la défense, chargé des anciens combattants et de la mémoire.

Tag(s) : #Actualités

Partager cet article

Repost 0